La litière 2/2

Nos conseils | Ecrit par Emmanuelle

Dans le premier article, nous avons décrit le type de matériaux à utiliser pour les éco-toilettes. Vous entrerez plus dans le détail des litières compatibles avec différents modèles de toilettes sèches, ici les toilettes à séparation des urines.

Litière pour toilettes à séparation des urines

Ce type de sanitaire est en principe ventilé, le contenu est plus sec et vous pouvez dès lors adapter votre litière pour plus d’efficacité. Le contenu du seau va récolter uniquement les matières fécales. Ainsi, une litière plus fine et poudreuse sera adaptée.

Sciure : convient pour les toilettes à séparation des urines car elle est couvrante et ne prend pas de place dans votre seau.

Marc de café : un super additif, facile à trouver (quand les bistrots sont ouverts normalement…)

Cendre : en mélange avec la sciure, permet de rééquilibrer le PH mais la cendre est volatile et peut contribuer à salir l’environnement de la toilette.

Charbon : c’est un excellent ajout mais pas toujours simple à trouver, ni de pouvoir contrôler la qualité et la provenance.

Papier de toilette : il n’est pas le bienvenu dans votre toilette à séparation des urines. Le contenu étant sec, le papier reste “bouffant” et prend de la place. Vous le mettrez plutôt dans une poubelle.

Les paillettes : lin ou chanvre sont vendus sous forme de paillettes et conviennent bien pour les toilettes à séparation des urines notamment les toilettes disposant d’une chasse à copeaux.

Autres matériaux : votre farine est infestée de vers ? Utilisez là comme litière pour vos toilettes à séparation des urines…

Ce qui ne convient pas aux toilettes à séparation des urines

Les coques diverses (noix, noisettes…) ne sont pas idéales car elles ne sont pas suffisamment couvrantes

Biocapi peut vous approvisionner

Vous n’avez pas le temps de préparer votre litière ? Il vous est difficile de vous approvisionner ? Biocapi vous prépare une litière prête à l’emploi adaptée à votre type de toilette. N’hésitez pas à nous contacter pour cela.

Laisser un commentaire

*

code



Jeanne Bigot-Testaz

2 mois ago

J’apprends plein de choses en regrettant vivement que notre mode de vie en appartement de résidence nous interdise de rêver de toilettes sèches.
Continuez avec courage votre activité professionnelle tellement en accord avec le souci urgent de tout faire pour mieux protéger notre environnement si menacé.
bien cordialement

Emmanuelle Bigot

2 mois ago

De grands pas ont déjà été fait ces dernières années et de plus en plus de collectivités publiques proposent ce type de sanitaires sur les aires d’autoroute, les buvettes d’alpage, les refuges communaux… Le recherche avance et bientôt nos déjections vaudront de l’or : dès qu’il n’y aura plus de phosphore à extraire…